Etudier aux Etats-unis – Le système universitaire américain

Pourquoi choisir les USA pour ses études à l’étranger ?

Les universités américaines ont la réputation d’être parmi les meilleures au monde. Si vous consultez un des classements internationaux connu sous le nom de classement de Shanghai (Academic Ranking of World University : www.shanghairanking.com/ARWU2013.html), vous remarquerez que le drapeau américain apparaît majoritairement parmi les cent premières universités du classement. On pense en particulier aux universités qu’on appelle les « Ivy League » : Harvard, Columbia, Princeton, Yale, etc., et celles qu’on associe (à tort) aux Ivy League : Stanford, UC Berkeley, MIT, etc.

Il est indéniable qu’obtenir un diplôme d’une de ces universités prestigieuses ouvre énormement de débouchés à la fois aux Etats – Unis et dans le monde entier. C’est surtout pour la recherche universitaire et l’excellence de certains programmes (exemple : les programmes de MBA) qu’elles se sont faites le plus connaitre.

Cependant les Ivy League sont très sélectives et souvent très chères. Mais mis à part celles que tout le monde connaît, plusieurs centaines d’universités (moins connues) sont également très réputées au niveau international et aussi plus accessibles.

I. LE SYSTEME D’ACCREDITATION

Le système universitaire américain est totalement décentralisé et les quelques 4 000 établissements d’enseignement supérieur présents sur le territoire jouissent d’une autonomie quasi complète.

Le gouvernement fédéral n’a aucune implication dans la reconnaissance des diplômes et des formations. Il n’y a donc pas de diplômes ou de titres nationaux.

Cependant, afin de contrôler la qualité des établissements d’enseignement supérieur, un système d’accréditation existe depuis plusieurs décennies. Ce sont des associations indépendantes appelées « accrediting bodies » qui sont chargées de vérifier la qualité d’un établissement ou d’un programme donné. Le Council on Higher Education Accréditation (CHEA) reconnaît en tout 79 organismes d’accréditation qui vont vous permettre de vérifier la qualité d’un établissement ou d’une formation.

Il y a deux principaux types d’accréditation (le premier étant primordial) : l’accréditation régionale/nationale et l’accréditation « programmatique ».

a) L’accréditation régionale et/ou nationale

Celle – ci va vérifier la qualité de l’ensemble d’un établissement. Il y a 19 organismes d’accréditation dont les plus importants sont :

  • La Middle States Commission on Higher Education (MSCHE) qui accrédite les établissements qui se trouvent dans le Delaware, le District of Columbia, le Maryland, le New Jersey, l’Etat de New York, la Pennsylvanie, les Îles Vierges et à Porto Rico. Site internet : www.msche.org
  • New England Association of Schools and Colleges, Commission on Institutions of Higher Education (NEASC – CIHE) qui accrédite les établissements qui se trouvent dans le Connecticut, le Maine, le Massachusetts, le New Hampchire, le Rhode Island, le Vermont. Site internet : www.cihe.neasc.org
  • North Central Association of Colleges and Schools, The Higher Learning Commission (NCA – HLC) qui accrédite les établissements qui se trouvent dans l’Arizona, l’Arkansas, le Colorado, l’Illinois, l’Indiana, l’Iowa, le Kansas, le Michigan, le Minnesota, le Missouri, le Nebraska, New Mexico, le Dakota du Nord, l’Ohio, l’Oklahoma, le Dakota du Sud, la Virginie occidentale, le Wisconsin, le Wyoming. Site internet : www.ncahlc.org
  • Southern Association of Colleges and Schools (SACS), Commission on Colleges qui accrédite les établissements qui se trouvent en Alabama, en Florida, en Georgie, au Kentucky, en Louisiane, au Mississipi, en Caroline du Nord, en Caroline du Sud, au Tennessee, au Texas, en Virginie. Site internet : www.sacscoc.org
  • Western Association of Schools and Colleges (WASC) qui accrédite les établissements qui se trouvent en Californie et à Hawaii. Site internet : www.wascweb.org
  • Northwest Commission on Colleges and Universities (NWCCU) qui accrédite les établissements qui se trouvent en Alaska, dans l’Idaho, le Montana, le Névada, l’Oregon, l’Utah et l’Etat de Washington. Site internet : www.nwccu.org

b) L’accréditation dite « programmatique »

Celle – ci vérifier la qualité de certaines formations spécifiques. Par exemple :

  • AACSB (The Association to Advance Collegiate Schools of Business) qui accrédite des formations diplomats en gestion, commerce, comptabilité à tous les niveaux. Site internet : www.aacsb.org
  • ABET (Accrediting Board on Engineering and Techonology) qui accrédite des programmes d’ingénierie. Site internet: www.abet.org
  • ACEJMC (Accréditing Council on Education in Journalism and Mass Communication) qui accrédite des programmes professionnels en journalism et mass media.

Et ainsi de suite … la liste complète des organismes d’accréditation se trouve sur le site du CHEA : www.chea.org

Pour certaines professions réglementées, qui requièrent une autorisation d’exercice octroyée par l’Etat (exemple : médecins, métiers du paramédical, etc.), il est nécessaire d’obtenir un diplôme issu d’un programme accrédité. Par exemple, pour devenir kinésithérapeute (Physical Therapis), il faut généralement valider un diplôme issu d’un programme accrédité par l’American Physical Therapy Association (APTA).

II. LES DIFFERANTS CYCLES UNIVERSITAIRES ET LES PRINCIPAUX DIPÔMES

Il existe deux principaux cycles universitaires aux Etats – Unis.

a) Le cycle Undergraduate

Il correspond aux quatre premières années d’études après les études secondaires. Pendant ce cycle, il est possible de préparer deux types de diplômes :

  • L’Associate degree (deux ans d’études supérieures après les études secondaires) ;
  • Le Bachelor degree (quatre années d’études supérieures après les études secondaires).

b) Le cycle Graduate

Il correspond aux années d’études supérieures après un Bachelor degree. On peut également y préparer deux types de diplômes :

  • Le Master degree (qui se valide en un à trois ans selon le domaine de spécialité) ;
  • Le PhD (Programme doctoral qui se valide en moyenne en cinq ans).

Voici un schéma général du système universitaire américain. Vous remarquerez que contrairement au système français qui possède une variété énorme d’appellations différentes, les intitulés des diplômes américains sont assez peu nombreux.

Schéma du système universitaire américain

L’Associate degree qui se prépare donc généralement en deux ans est un diplôme qui a deux orientations principales :

  • La première est professionnelle et débouche directement vers un emploi au bout de deux ans ;
  • La seconde est plus académique et permet de passer directement en troisième année d’études universitaires pour continuer un Bachelor degree.

Le Bachelor degree se valide généralement en quatre ans et comprend à la fois ;

  • Des cours de culture générale qui sont obligatoire (expression anglaise, littérature(s), maths, sciences, sciences sociales) quelle que soit la discipline choisie. La plupart du temps, le programme est constitué de presque 50% de cours généraux (Bachelor of Arts, Bachelor of Science) ;
  • Les cours de votre domaine d’étude principal qu’on appelle « major » ;
  • Les étudiants peuvent également choisir un sous – domaine de spécialité qu’on appelle « minor » ;
  • Des cours optionnels (electives) qui peuvent être un peu plus récréatifs comme le dessin ou la musique ou une initiation à un sujet inconnu de l’étudiant.

Il y a des programmes un peu plus spécialisés comme par exemple le BBA (Bachelor of Business Administration) ou le Bachelor in Engineering qui comprendront moins de cours de culture générale mais tout de même environ 25%.

Il est possible de ne pas choisir de spécialité dès la première année et de ne la déclarer qu’en troisième année. Pendant les deux premières années on ne prendra que des cours de culture générale.

Le Master degree est (contrairement au Bachelor) un programme très spécialisé.

On trouve :

  • Des Master of Arts plutôt dans les domaines de la littérature, des sciences humaines et sociales qui se valident en un ou deux ans ;
  • Des Master of Science dans les domaines des sciences exactes ou pour des domaines très pointus comme la finance par exemple.

Ces deux programmes incluent souvent une formation en recherche et débouchent parfois vers un programme doctoral.

On trouve également des programmes plus professionnels qui n’ont pas pour vocation de mener vers un doctorat, par exemple le MFA (Master of Fine Arts) qui forme les artistes professionnels ou le fameux MBA (Master of Business Administration) qui forme les futurs chefs d’entreprise ou encore le Master in Education qui forme les futurs enseignants.

Le PhD est un programme de recherche universitaire qui peut s’intégrer après un Master ou même quelquefois directement après un Bachelor.

Il n’y a pas de durée imposée pour valider ce diplôme mais la plupart des doctorants le terminent en cinq ans minimum (en moyenne sept ans pour les scientifiques).

Il comprend deux étapes principales :

  • La validation des cours et des examens préliminaires (environ deux ou trois ans selon le programme et le candidat) ;
  • La recherche originale du candidat qui présente une thèse devant un jury une fois que ses recherches sont terminées (cela peut prendre des années).

c) Le système de crédits

Pour obtenir un diplôme, un étudiant doit accumuler un certain nombre de crédits qui représentent des sortes d’unités de valeur. On les appelle également des « units », « points », ou « semester/quater hours ». Chaque cours vaut un nombre d’heures de cours par semaine. L’usage veut qu’un cours « major » a souvent un nombre plus élevé de crédits qu’un cours « electives » par exemple. Le nombre de crédits a son importance car il participe au calcul de la moyenne générale de l’élève.

Il n’y a pas de règles fixes car, chaque établissement décide du nombre de crédits à obtenir pour chaque diplôme. Cependant, il est assez fréquent qu’un étudiant qui est inscrit à plein temps valide entre 12 et 16 crédits par semestre. Même s’il est difficile de prendre plus de 16 crédits par semestre, il est toutefois possible de valider des crédits pendant la session d’été et ainsi de finir son diplôme en moins de temps que prévu. Par exemple, on peut réussir à finir un Bachelor degree en trois ans au lieu de quatre.

III. PARTICULARITE DE CERTAINES FORMATIONS : LE DROIT ET LA MEDECINE

On aborde ces deux formations au niveau graduate. Elles doivent être précédées d’un programme préprofessionnel (pre – law, pre – med).

Les étudiants qui souhaitent devenir avocat ou juriste doivent dans un premier temps obtenir un Bachelor degree dans le domaine de leur choix et passer le test LSAT (Law School Admission Test). Beaucoup choisissent les sciences sociales comme l’économie ou les sciences politiques mais les écoles de droit apprécient particulièrement les candidats avec une culture générale très vaste. Certains colleges proposent des programmes appelés « pre – law » qui comprennent beaucoup de cours de culture générale mais aussi une aide particulière pour l’entrée en école de droit. Le diplôme de droit s’intitule JD (Juris Doctor) et s’obtient en trois ans, donc il faut sept ans d’études supérieures pour avoir un diplôme juridique.

Les étudiants qui souhaitent devenir médecin doivent d’abord valider un Bachelor of Science en suivant des cours de biologie, biochimie, science, etc., en plus de cours de culture générale. Certains colleges proposent des programmes appelés « pre – med » et proposent les cours requis mais aussi une haide particulière pour l’entrée en école de médecine. A la fin de leur cursus, les candidats doivent passer le test du MCAT (Medical College Admission Test). Le diplôme de médecine s’intitule MD (Medical Doctor) et s’obtient en quatre ans. Il est suivi par des formations hospitalières et un internat dont la durée varie selon la spécialisation.

N.B : il est très difficile pour un étudiant étranger d’intégrer une école de droit ou une école de médecine car les Américains sont prioritaires pour l’admission. Il est fortement conseillé de terminer ses études dans son pays d’origine et de partir faire une spécialisation aux Etats – Unis.

IV. LE FAMEUX MBA

Un MBA est un Master of Business Administration. C’est un programme qui comprend à la fois des cours académiques et professionnels dans les domaines de la gestion d’une entreprise. Il va traditionnellement être destiné à des candidats qui ont déjà obtenu l’équivalence d’un Bachelor’s degree et qui ont travaillé pendant quelques années l’obtention de leur diplôme. L’âge moyen des candidats recrutés tourne autour de vingt – huit ans.

C’est un programme assez intensif qui dure traditionnellement deux ans et qui prépare de futurs chefs d’entreprise à avoir de hautes responsabilités dans le cadre d’une entreprise privée mais aussi au niveau gouvernemental et auprès d’organisme à but non lucratif.

Lorsque vous parcourez les sites des écoles de commerce aux Etats – Unis, vous remarquerez qu’elles proposent plusieurs types de programmes au niveau graduate.

  • Full – time MBA qui va durer entre 18 et 21 mois et pour lequel vous aurez au moins douze heures de cours par semaine, avec la possibilité de faire un stage en milieu de programme. La première année vous aurez des cours fondamentaux tels que : marketing management ; communication ; financial accounting ; organizational behavior ; business strategy ; etc. La seconde année vous pouvez généralement prendre des cours dans les domaines qui vous intéressent le plus : Marketing ou Finance, Consulting, etc.
  • Part – time MBA : le programme est a peu près le même sauf que les cours sont à mi – temps et il faut plusieurs années pour obtenir le diplôme. Ce programme est plutôt destiné aux personnes qui travaillent sur place et n’est pas ouvert aux étudiants internationaux qui ont besoin d’un visa ;
  • Executive MBA : destiné aux chefs d’entreprise qui ont plus de dix ans d’expériences professionnelles ;
  • Autres types de Master : beaucoup d’universités proposent des Master of Science en finance ou de Master in Financial Engineering. Ce sont des programmes généralement plus court et plus focalisés sur les domaines de la finance ;
  • phD ou DBA : il s’agit de doctorats plutôt destinés aux personnes qui souhaitent enseigner au niveau universitaire.

Pour choisir le meilleur programme, vous pouvez consulter (entre autres) les sites internet suivants :

Il existe pléthore de classement pour les MBA. Les plus connus sont :

Business Week: www.businessweek.com/business-schools

The Economist: www.economist.com/whichmba

Financial Times: www.ft.com/business-education/mba

QS: www.topmba.com

US News & World Report: www.usnew.com

Wall Street Journal: http://online.wsj.com/public/page/business-schools.html

Il faut bien comprendre cependant que les programmes qui sont parmi les meilleurs du classement vont rarement recruter des jeunes étudiants africain qui sortent tout juste de l’école, même s’ils ont un très bon niveau académique et s’ils ont fait quelques stages.

Voici les conditions d’admission pour entrer en MBA :

  • Très bon niveau d’anglais vérifié par le TOEFL (minimum 100 sur 120) ou le IELTS (minimum 7 sur 9) ;
  • Très bon niveau académique vérifié par vos relevés de notes depuis la première année d’études supérieures ainsi que les scores au GMAT ou au GRE ;
  • Un CV qui doit mettre en valeur vos expériences professionnelles ;
  • Des lettres de recommandations de si possible un professeur et un ou deux employeurs ;
  • Personal statement expliquant vos motivations professionnelles et comment vous allez pouvoir personnellement contribuer au programme.

Un MBA coût généralement assez cher : entre 35 000 dollars et parfois plus de 60 000 dollars en comptant uniquement les frais de scolarité. Les aides financières sont assez limitées, quelques entreprises sont prêtes à financer le MBA d’un de leurs employés les plus prometteurs mais c’est une pratique qui se raréfie. Beaucoup de candidats font des prêts bancaires et n’ont généralement aucun mal à rembourser par la suite.

V. LES DIFFERENTES TYPES D’ETABLISSEMENTS

a) Le college

Le college (ou four – year colleges) est un établissement qui se concentre généralement sur le cycle undergraduation maispeut aussi offrir des Master degrees. Ses programmes mettent l’accent sur les sciences sociales et naturelles autant que sur les lettres, combinaison souvent désignée par l’expression arts and sciences ou liberal arts. Les colleges sont souvent des établissements de moyenne ou de petite taille accueillant moins de 20 000 étudiants.

b) L’université

Une université se compose généralement de plusieurs colleges undergraduate (pour les lettres et d’autres matières telles que le commerce, l’ingénierie, l’agriculture, la pédagogie, etc.) et de départements et écoles professionnelles (graduates schools et professional schools) consacrées à l’étude de la médecine, de la pharmacie, de la gestion et du droit, par exemple. La plupart des Etats subventionnent une ou plusieurs universités d’Etat (state university) et il existe de nombreuses universités privées. Les graduate schools font le plus souvent partie de l’université, mais il arrive qu’elles constituent des établissements séparés. Leurs programmes de deuxième et troisième cycle préparent au master’s degree et PhD. La durée des études varie selon les professions et comporte parfois une période d’internat (comme en médecine).

Les institutes of technology sont semblables à des universités mais se consacrent surtout à l’étude des sciences et de la technologie. Cependant, si vous faites un Bachelor of science dans l’un de ces instituts, il faudra quand même suivre quelques cours de culture générale mais sans doute moins que dans un liberal arts college. Les plus célèbres sont MIT (Massachusettes Institute of Technology) ou Georgia Tech par exemple (Georgia Institute of Technology).

Les arts institutes sont (comme leur nom l’indique), des établissements qui offrent surtout des programmes artistiques, c’est – à – dire arts visuels, musique, danses, théâtre, etc. Ils intéressent tout particulièrement les étudiants qui sont sûrs de vouloir devenir artistes professionnels.

c) Les junior colleges et les community colleges

Un junior college ou un community college est un établissement généralement public qui dispense un enseignement de deux ans. Les programmes qu’ils proposent ont majoritairement une orientation professionnelle mais il existe aussi des programmes plus généraux. Beaucoup d’étudiants ne les fréquentent pas à plein temps. En effet, ces colleges proposent habituellement de nombreux cours du soir qui attirent des adultes venant du monde du travail. S’adressant pour l’essentiel à la population locale, ils sont rarement équipés de logements pour les étudiants, car ceux – ci habitent dans le voisinage et font chaque jour le trajet jusqu’à l’établissement.

Certains junior et community colleges ne décernent que des associate of arts (AA) qui sont uniquement des programmes de culture générale. D’autres délivrent des AA aux étudiants en lettres, des AS (associate in science) aux étudiants spécialisés en science et des AAS (associate in applied science) à ceux ayant choisi la technologie pratique, par exemple le dessin industriel ou la mécanique automobile.

Après avoir obtenu leur diplôme de Associate of arts ou Associate in science, beaucoup d’étudiants de ces établissements s’inscrivent ensuite dans un collège dispensant un cycle de quatre ans ou dans une université pour y préparer un bachelor’s degree. Il s’agit du « tranfer program ».

d) Les établissements d’enseignement technique

Ces établissements (Vocational school, Technical schools) dispensent en général un enseignement non universitaire et se spécialisent dans la formation professionnelle. Ces études ne permettent pas d’entrer ensuite dans un college ou une université. En revanche, elles préparent l’étudiant à accéder au marché du travail dès la fin des cours, dont la durée se réduit parfois à quelques mois. A l’issue de leur formation, les étudiants reçoivent un certificat attestant de leurs aptitudes techniques ou professionnelles dans leur branche. Ces établissements acceptent très peu d’étudiants internationaux car ils n’ont pas tous l’autorisation de délivrer les papiers nécessaires à l’obtention du visa d’étudiant. De plus, ils ne proposent pas toujours des cours à plein temps.

e) Universités d’Etat contre universités privées

Les universités d’Etat sont fondées et financer par les Etats dans lesquels elles se trouvent. Leur mission principale est de fournir un enseignement de qualité aux résidents de l’Etat qui paient moins cher les frais de scolarité (in – state tuition). On les reconnaît car elles comportent souvent le mot « state » dans leur dénomination (exemple : Michigan state University, etc.). Ce sont généralement des établissements de grande taille qui accueillent parfois plus de 20 000 étudiants. Même si les étudiants qui ne sont pas résident de l’Etat (dont les étudiants étrangers) payent plus cher que les résidents (out – state tuition), les frais de scolarité sont quand même moins importants que dans les universités privées. En revanche, les conditions d’admission sont souvent plus rigoureuses pour les étudiants internationaux car ce sont les résidents de l’Etat qui sont prioritaires.

Les universités privées sont financées par des sources diverses : fondations philanthropiques, frais de scolarité, bourses de recherche et dons d’anciens étudiants. Les frais de scolarité sont souvent plus élevés que dans les universités d’Etat mais il n’y a pas de distinction entre résidents et non – résidents. Ces établissements ont des tailles très diverses mais ont souvent moins de 20 000 étudiants voir moins de 2 000 étudiants. La plupart des universités d’obédience religieuse ou qui ne sont pas mixtes sont privées.

VI. LE SYSTEME D’ENSEIGNEMENT ET LA NOTATION

a) Le calendrier universitaire et l’inscription aux cours

Chaque établissement décide de son calendrier universitaire.

L’année académique peut être découpée en semestres :

  • Fall (session d’automne qui commence en août ou début septembre) ;
  • Spring (qui démarre en janvier ou février) ;
  • Summer (qui débute en mai ou juin).

D’autres établissements découpent leur année académique en trimestre ou « quarters » de la façon suivante :

  • Fall ;
  • Winter (de janvier à mars) ;
  • Spring ;
  • Summer.

L’année universitaire démarre généralement à la session d’automne, mais dans certains établissements il est possible de commencer plus tard, en janvier par exemple (Spring admission).

A titre d’exemple, voici le calendrier universitaire de Georgetown University à Washington, DC pour l’année 2012 – 2013 :

Fall 2012 Spring 2013
25 août 2012 Arrivée des nouveaux étudiants de première année 9 janvier 2013 Les cours reprennent
27 et 28 août 2012 Inscription aux cours 21 janvier 2013 Jour férié : Martin Luther King Day
29 août 2012 Début des cours 18 février 2013 Jour férié : President's Day
3 septembre 2012 Jour férié : fête du travail 1 au 11 mars 2013 Spring break : Vacances de printemps
8 octobre 2012 Jour férié : Columbus Day 27 mars au 2 avril 2013 Vacances de Pâques
5 au 17 novembre 2012 Pré – inscription pour la session suivante 29 avril 2013 Fin des cours
21 au 25 novembre 2012 Thanksgiving 3 au 11 mai 2013 Période d'examens
7 décembre 2012 Fini des cours de la session d'automne 20 mai 2013 Début de la session d'été
12 au 20 décembre 2012 Période d'examens 9 août 2013 Fin de la session d'été
21 décembre 2012 Date limite pour l'inscription aux cours de la session suivante.
Vacances de Noël

Au début de chaque session, les étudiants choisissent leurs cours avec l’aide d’un conseillé pédagogique qui est généralement un professeur (faculty adviser). Ils doivent respecter les consignes de l’université en choisissant le nombre de crédits requis pour les cours de culture générale (pour le niveau undergraduate), pour les cours de spécialités et sous – spécialité qu’ils ont choisis (major et minor) et les cours optionnels (electives).

Cependant, pour chaque domaine, il y a souvent un nombre impressionnant de cours à choisir et les étudiants ont une ou deux semaines pour faire un choix définitif en participant à tous les cours qui les intéressent (shopping period). L’inscription définitive se fait sur Internet sur un portail étudiant propre à chaque université.
Au niveau undergraduate, le programme est souvent divisé en deux : les deux premières années sont constituées de cours de « lower division », cycle qui comprend surtout des cours de culture générale, les deux dernières années correspondent au cycle « upper division » comprenant surtout des cours de spécialisation.

Les catalogues identifient habituellement les cours par un numéro qui indique leurs niveaux :

  • 100 – 199 : cours de première année (Freshman year)
  • 200 – 299 : cours de deuxième année (Sophomore)
  • 300 – 399 : cours de troisième année (Junior)
  • 400 – 499 : cours de quatrième année (Senior).

Le 3e chiffre de la centaine peut aussi indiquer le semestre ou le trimestre, si par exemple vous choisissez le cours de maths de première année et du premier semestre, il s’intitulera sans doute MATHS 101, le cours du deuxième semestre s’appellera MATHS 102, et ainsi de suite.

Le système est très flexible et ce n’est pas parce que vous êtes inscrit en première année que vous n’avez pas accès aux cours des années supérieures si vous avez le niveau requis. Quelquefois il suffit de passer un test interne à l’université pour déterminer à quel niveau vous pouvez prétendre. En revanche, si par exemple vous êtes en troisième année et que vous souhaitez vous inscrire à un cours que vous n’avez jamais abordé précédemment, il faudra sans doute choisir le cours de niveau 100.

Au niveau graduate, le système est similaire avec des cours qui sont souvent identiques par des numéros qui vont de 400 à 600 par exemple.

Au début de chaque cours, le professeur annonce le programme du semestre ou trimestre (curriculum) et explique comment il va évaluer ses élèves. Il indique également ses « office hours » c’est – à – dire les heures dans la semaine où il ou elle se tient à la disposition de ses étudiants pour répondre à leurs questions. Il arrive souvent aussi qu’il ou elle partage ses coordonnées personnelles. Les professeurs aussi qu’il ou elle partage ses coordonnées personnelles. Les professeurs américains sont en effet très disponibles et dévoués pour leurs élèves et font tout pour qu’ils réussissent.

b) Les professeurs américains

Les professeurs américains n’aiment pas et ne doivent pas décourager leurs élèves et leur attribuent beaucoup plus de bonnes note qu’en France par exemple. Leur rôle est surtout de tout faire pour que leurs étudiants réussissent. Ils sont d’ailleurs évalués par leurs propres élèves. Ils ont la plupart du temps des « office hours » c’est – à – dire des heures de permanence dans la semaine où ils se tiennent à la disposition de leurs étudiants pour répondre à leurs questions ou pour les aider à préparer leurs prochains examens.

Les enseignants américains sont généralement plus proches de leurs élèves que les enseignants européens. C’est souvent parce que les classes sont moins surchargées et qu’ils ont l’occasion de mieux connaître chacun de leurs étudiants. Il n’est pas rare qu’un professeur demande à ce que ses élèves l’appellent par son prénom, qu’il ou elle leur donne un numéro de téléphone personnel et qu’il ou elle les invite à diner chez lui ou elle. Ne vous offusquez pas de cette familiarité et n’allez pas vous – même trop loin dans la relation d’intimité. En effet, ils doivent bien évidemment garder une certaine distance et deviennent rarement très intimes avec leurs étudiants (sinon ils risquent le licenciement).

Cependant, il est très bien vu de se faire connaître de son professeur, surtout si l’on est un étudiant international. Plus vous leur posez des questions pertinentes, plus ils verront votre intérêt et seront plus susceptibles de vous écrire une lettre de recommandation à la fin du programme.

c) L’évaluation des étudiants

L’évaluation des étudiants se fait sous forme de contrôle continu. Pour chaque session, ils doivent passer des examens sur table, souvent un en milieu de semestre (mid – term exam) et un autre à la fin (final exam). Beaucoup de professeurs aiment aussi faire régulièrement des quizzes, c’est – à – dire des QCM pour vérifier que les étudiants ont compris la leçon. Mais l’évaluation s’effectue également sur d’autres critères : l’assiduité, la participation orale en cours, les travaux écrits de recherche, les travaux de groupe, etc. Pour les cours de littérature ou de sciences sociales il faut prévoir beaucoup de lecture et ne pas venir en cours sans avoir lu ce qui a été requis par le professeur.

Les devoirs sur table ou à préparer en dehors des cours sont souvent notés avec des lettres A, B, C, D, F. Les lettres D et F sont rarement attribuées sauf si l’élève est totalement hors sujet ou s’il n’a fourni aucun effort (ou s’il n’a pas rendu le devoir par exemple). Pour les quizzes, les notes peuvent être en pourcentage. Voici une équivalence entre les notes en lettres et les pourcentages [source : If You Want To Study in the United States, EducationUSA] :

  • 100% – 90% = A
  • 89% – 80% = B
  • 79% – 70% = C
  • 69% – 65% = D
  • 64% – 0% = F

A la fin de la session, l’étudiant reçoit une note moyenne pour chaque matière et une note moyenne globale appelée le GPA (Grade Point Average). Pour chaque lettre correspond une valeur numérique sur une échelle de 4 :

A 4h A- / B+ 3,5
B 3 B- / C+ 2,5
C 2 C- 1,5
D 1
F 0

Comme dans les systèmes africains, vous pouvez avoir des mentions qui sont indiquées sur vos relevés de notes et / ou sur votre diplôme en anglais ou même en latin :

Mention très bien / la plus grande distinction Very High Honor Suma Cum Laude
Mention Bien / grande distinction High Honor Magna Cum Laude
Mention Assez Bien / distinction Honor Cum Laude

Pour calculer votre GPA, prenez la valeur numérique affectée à la lettre que vous avez obtenue pour chaque matière, puis multipliez ce chiffre par le nombre de crédits que vaut chaque matière. Enfin, additionnez le tout et divisez le résultat par le total des crédits pour tous les cours. Par exemple :

Note Valeur numérique Nombre de crédits Total
A 4 3 12
B 3 3 9
C 2 3 6
Total 9 27
GPA 27 : 9 = 3

Source: If You Want To Study in the United States, EducationUSA

Pour valider chaque cours et les credits correspondants, il faut obtenir une note fixée par chaque professeur (en general A et C ou même D). Un F ou un « I » (Incomplete) indique que vous avez raté le cours et que vous devez vous réinscrire au même niveau au semestre suivant ou à un autre cours équivalent.

Certains cours ne nécessitent pas de notes et son évalués avec le système Pass/Fail. Si vous complétez le cours avec succès vous obtenez un « Pass », si vous échouez vous obtenez un « Fail ».

A la fin de chaque année ou à l’obtention du diplôme, les étudiants obtiennent un relevé de notes appelé « transcript » qui contient tous les cours qu’ils ont validés avec les notes, les crédits obtenus et le GPA.

VII. FORMATIONS A DISTANCE

Beaucoup d’étudiants américains ou étrangers qui n’ont pas la possibilité de suivre des cours à plein temps s’inscrivent à des formations en ligne sur Internet. Il s’agit soit de préparer une formation professionnelle courte (certificate programs), soit de valider tout un diplôme. Certaines formations sont également hybrides, c’est – à – dire qu’elles mêlent à la fois des cours en classe et des cours en ligne. La majorité des grandes universités américaines proposent ce type de formation qui vous donnera le même diplôme qu’une formation sur campus ; c’est pourquoi les frais de scolarité et les conditions d’entrée sont les mêmes que pour étudier sur le territoire. Vous économisez seulement les frais de logement et de voyage et vous avez plusieurs années pour terminer le programme. Il faut donc avoir beaucoup de rigueur et d’autonomie. Voici quelques sites Internet contenant des listes de programmes à distance :

  • www.detc.org/ (The Distance Education and Training Council)
  • www.uwex.edu/disted/index.cfm (Distance Education Clearing House)
  • www.geteducated.com/ (Best Distance Learning Graduate Schools)

VIII. LES CAMPUS AMERICAINS

Si vous décidez de prendre des cours à distance, vous raterez sans doute l’une des expériences les plus intéressantes du système universitaire américain: la vie de campus. Les Américain qui ont eu la chance de faire leur Bachelor degree en vivant dans le campus pendant quatre ans évoquent souvent ces années comme parmi les meilleures de leur vie. Lorsqu’un lycéen américain doit faire son choix d’université, il va souvent visiter les campus avec sa famille, car pour lui l’ambiance du campus et les infrastructures sont aussi importantes que les cursus proposés et la réputation de l’université. Va – t – il se sentir chez lui pendant ces quatre ans ?

De la même façon qu’il y a plusieurs types d’établissements, il y a aussi plusieurs types de campus ou d’environnements dans lesquels se trouvent une université ou un college. Beaucoup d’universités publiques ou privées se trouvent dans une grande ville et les bâtiments du campus sont intégrés à la ville soit dans un espace restreint, soit éparpillés un peu partout. On les qualifie de campus urbains. Au contraire, beaucoup d’autres établissements se trouvent au milieu de la campagne ou en banlieue. On parle souvent de « College Town » : il s’agit d’une ville qui a été construite autour de l’université qui s’y trouve. Tout tourne autour de cette université ; les commerces, les habitants qui sont soit des étudiants ou des professeurs ou des personnes qui travaillent de près ou de loin à l’université. C’est le cas de Dartmouth College, dans le New Hampshire, qui fait partie des huit lvy Leagues.

La particularité des campus américains réside dans le fait que même dans le cas où ils sont très éloignés d’une grande ville, ils sont souvent autosuffisants et proposent un nombre impressionnant de services à leurs étudiants et à leurs personnels. Contrairement aux universités africaines par exemple où les étudiants étudient souvent près de leur famille et ne vivent pas sur le campus, la plupart des Américains quittent le noyau familial pour aller étudier parfois à l’autre bout du pays. Le campus est donc une seconde maison pour eux et ils sont généralement à l’aise et qu’ils puissent se concentrer sur leurs études mais aussi s’épanouir à travers un nombre impressionnant d’activités extra – universitaires : sports, activités artistiques et intellectuelles, clubs sociaux (comme les fraternités ou sororités), etc. Quelle que que soit la taille de l’université (entre 1 000 et plus de 50 000 étudiants pour les plus grandes), vous y trouverez pléthore d’activités intellectuelles et ludiques. Tout étudiant peut aussi créer lui – même son club s’il ne trouve pas son bonheur parmi ceux déjà proposés.

Pour les étudiants étrangers, il y a toujours un bureau des étudiants internationaux (International Student Office) qui va les accueillir et les encadrer tout au long de leur séjour.

Les ressources qui sont à disposition des étudiants sont nombreuses. Au minimum vous trouverez :

  • Une résidence universitaire (sauf pour les Community Colleges) contenant des dortoirs (dorms) et une ou plusieurs cafétérias. Si vous vivez dans ces résidences vous partagerez certainement votre chambre avec un ou une « roommate ». Généralement, la salle de bains ainsi que la cuisine sont partagés par plusieurs étudiants. Il faut donc aimer la vie en communauté. Cependant beaucoup d’activités sont également proposées à l’intérieur même de ces résidences ;
  • Une ou plusieurs bibliothèque(s) avec des collections que vous trouverez rarement ailleurs. Un système d’échange entre plusieurs bibliothèques universitaires du pays permet de faire venir un ouvrage d’une autre université si on ne l’a pas trouvé dans sa bibliothèque (inter – library loan). Les horaires des bibliothèques sont très souples : elles sont souvent ouvertes jusqu’à minuit ou quelquefois même 24 heures sur 24 ;
  • Des complexes sportifs impressionnants (salle de musculation, piscine olympique, etc.) avec accès gratuits (ou peu onéreux) pour tous les étudiants ;
  • Une infirmerie (health center) dans laquelle vous pourrez vous faire soigner gratuitement (sauf en cas de maladie grave) et souvent avoir accès aux consultations psychologiques ;
  • Un poste de police ou de sécurité.

IX. LE COÛT D’UNE ANNEE D’ETUDES

Il est bien connu que les universités américaines coûtent cher, mais la qualité de l’enseignement, le personnel d’encadrement nombreux et les innombrables infrastructures et ressources mises à la disposition des étudiants en explique le coût parfois exorbitant.

Quelles sont donc les dépenses à prévoir pour une année d’études ?

a) Frais de scolarité et droits d’inscription (tuition and fees)

Les frais de scolarité représentent le coût des cours, les droits d’inscriptions couvrent d’autres services de l’université comme la bibliothèque, les activités estudiantines et l’infirmerie. Les frais de scolarité en 2012 – 2013 (selon des chiffres fournis par le Chronicle of Higher Education : www.chronicle.com) s’échelonnent entre 2 000 et plus de 48 000 dollars par an selon les établissements pour un étudiant international.

Les community colleges et les écoles techniques et professionnelles pratiquent les barèmes les moins onéreux (autour de 7 000 dollars).

Les universités d’Etat demandent aux étudiants qui viennent de l’extérieur des prix plus élevés (out – of – state tuition) qu’à ceux qui sont résidents de l’Etat (in – state tuition). En tant qu’étudiant étranger, vous paierez bien sûr les out – of – state tuitions qui varient entre 3 000 et quelquefois plus de 30 000 dollars.

Les colleges privés les plus sélectifs sont ceux qui appliquent les barèmes les plus élevés (autour de 45 000 dollars).

b) Frais de logement et nourriture (living cost)

Le coût de la vie varie énormément d’un Etat à l’autre et même d’une ville à l’autre à l’intérieur d’un même Etat. Il est généralement plus élevé dans les grandes villes, en
Californie et dans le Nord – Est. Il est moins élevé dans le Sud et le Midwest. Pour donner un ordre d’idée, ces frais peuvent aller de 5 000 dollars à plus de 12 000 dollars en résidence universitaire.

c) Livres et fournitures

Le coût des livres est parfois très élevé, il faut prévoir entre 150 dollars et plus de 1 000 dollars par an.

d) Autres dépenses

Mis à part votre billet d’avion, il faudra également prévoir des frais de transport une fois que vous serez sur place, surtout si votre logement est éloigné du campus (transport en commun ou même achat d’une voiture). D’autres dépenses personnelles sont à prévoir, comme par exemple votre assurance – maladie qui est obligatoire et éventuellement une assurance pour votre voiture ou pour votre appartement.

Partager

Laisser un commentaire