Etudier aux Etats-unis – Travailler en étant étudiant

I. 20 HEURES PAR SEMAINE AVEC LE VISA D’ETUDIANT

Le statut d’étudiant International permet de travailler sur place pendant les études mais uniquement sur le campus de l’université et pour un maximum de 20 heures par semaine. Si le campus est grand, les petits boulots non qualifiés peuvent être nombreux mais les étudiants internationaux sont généralement en concurrence avec les étudiants américains.

Voici quelques exemples de jobs proposés sur le campus de Ohio State University :

  • Arbitre sportif ;
  • Assistant bibliothécaire ;
  • Moniteur d’aérobic ;
  • Assistant vétérinaire ou assistant médical ;
  • Secrétaire dans l’administration d’un département ou d’un service de l’université ;
  • Assistant webmaster, etc.

Le bureau des aides financières ou même le bureau des étudiants internationaux peuvent vous aider à trouver un job de ce type mais seulement une fois que vous êtes sur place. N’hésitez pas à faire appel à vos compétences spécifiques. Par exemple si vous êtes spécialiste en informatique, vérifiez que la salle ou le service informatique n’a pas besoin de quelqu’un qui pourrait aider les utilisateurs à régler les problèmes de logiciels ou autres. De même, en tant que francophone contactez le bureau du tutorat pour proposer des cours particuliers en français aux étudiants américains du campus.

Pour pouvoir travailler sur le campus, il faudra obtenir un « Social Security Number » qui est une sorte de numéro d’identification. C’est avec l’aide du bureau des étudiants internationaux que vous pourrez obtenir ce numéro, qui vous servira également pour d’autres démarches comme par exemple ouvrir un compte en banque. C’est aussi grâce à ce numéro que vous pourrez obtenir votre fiche de salaire.

Il n’y a pas vraiment de salaire minimum fixé par le gouvernement fédéral. C’est l’Etat qui fixe un taux horaire qui tourne autour de 7 ou 8 dollars. C’est ce qu’il faut vous attendre à recevoir si vous travaillez sur le campus. De plus, il faudra déclarer et peut – être payé les impôts qui sont généralement prélevés à la source chaque mois.

A partir de la deuxième année d’études, il est possible d’obtenir une autorisation de travailler en dehors du campus mais sous certaines conditions. Il faut prouver aux services d’immigration américaine que votre situation financière s’est fortement détériorée et qu’un job sur le campus n’est pas suffisant pour subvenir à vos besoins. Il est très difficile d’obtenir cette autorisation, mieux vaut ne pas compter dessus. Elle est de toute façon toujours limitée à 20 heures par semaine et ne doit en aucun cas entraver la bonne marche de vos études.

II. STAGES PENDANT ET APRES LES ETUDES

Pendant vos études aux Etats – Unis, il est possible de faire un stage pratique en dehors du campus sans avoir à changer de statut d’immigration. Ce stage s’appelle le Curricular Pratical Training (CPT). Il doit être en relation directe avec votre discipline et faire partie du programme d’études. Généralement ce type de stage s’effectue dans une entreprise qui a des accords avec votre établissement. Pour être éligible au CPT, il faut avoir été inscrit à plein temps dans une université ou un community college pendant au moins une année académique (il y a des exceptions pour certains étudiants en Master). Ce stage doit s’effectuer pendant les études et avant la validation du diplôme. Les étudiants qui suivent un programme d’anglais intensif ne sont pas éligibles au CPT.

La deuxième option de stage s’appelle le Optional Pratical Training (OPT). Il s’agit d’un stage qui peut s’effectuer pendant ou à la fin du programme académique en dehors du campus toujours sans avoir à changer de statut d’immigration. Ce stage peut durer jusqu’à 12 mois, voire 29 mois pour les étudiants en sciences, technologies, ingénierie et mathématiques (STEM). Et si après ce stage vous vous réengagez dans un programme académique aux Etats – Unis, vous aurez de nouveau droit à faire un stage dans le cadre du OPT ! Pour être éligible, il faut « comme pour le CPT » avoir été inscrit à plein temps dans une université ou un community college pendant au moins une année académique et il faut que l’emploi occupé soit en relation directe avec votre formation mais pas forcément partie intégrante du programme comme pour le CPT. Ce stage peut s’effectuer à mi – temps ou à plein temps pendant les vacances universitaires ou pendant les cours (à condition que cela ne vous empêche pas d’aller en cours), à plein temps une fois que le programme est terminé.

Pour pouvoir effectuer un stage OPT ou CPT, il faut s’adresser au bureau des études internationaux longtemps à l’avance (4 à 6 mois avant de commercer le stage). L’université peut vous aider à trouver un employeur mais généralement il faut rechercher par soi – même.

Le système des cours en alternance n’est pas aussi développé aux Etats – Unis qu’en France mais il existe un système similaire qui s’appelle cooperative education. Il s’agit donc d’alterner cours et expérience en entreprise afin de valider un programme académique. Les étudiants internationaux ne sont pas toujours éligibles à ce type de programmes sauf éventuellement dans le cadre du CPT.

Attention ! Ces stages ne sont pas forcément rémunérés, c’est au bon vouloir de l’employeur. Le but est de parfaire votre formation et non pas de subvenir à vos besoins.

III. PARTIR DIRECTEMENT FAIRE UN STAGE OU UN JOB D’ETE

Le gouvernement américain permet aux étudiants et aux jeunes diplômés étrangers de travailler légalement aux Etats – Unis dans le cadre d’un stage (Intersship ou Training) ou d’un job d’été (Summer job). Il faut pour cela obtenir un visa J – 1 qui est un visa d’échange.

Le programme J – 1 Intern est destiné aux personnes en cours d’études ou ayant récemment obtenu leur diplôme d’études supérieures (depuis moins d’un an) en dehors des Etats – Unis. Le / La candidat(e) peut effectuer jusqu’à douze mois de stages dans une entreprise américaine, mais le travail effectué doit être en relation directe avec la formation qu’il ou elle vient de valider. Vous pouvez donc faire vos études dans votre pays de résidence et partir pour une expérience professionnelle aux Etats – Unis pour parfaire votre formation.

Le programme J1 Trainee est destiné aux personnes qui sont déjà dans le monde professionnel et qui ont un diplôme d’études supérieures depuis au moins un an. Si le ou la candidat(e) n’a pas de diplôme, il ou elle doit avoir au minimum cinq ans d’expériences dans le domaine qu’il ou elle souhaite exercer aux Etats – Unis en tant que stagiaire. Le stage peut durer jusqu’à huit mois.

Dans les deux cas, le ou la candidat(e) ne peut exercer un emploi non qualifié ou un emploi qui implique la garde d’un enfant ou d’une personne âgée ou les soins d’un patient. Par exemple, il n’est pas possible de faire un stage en tant que médecin ou infirmier dans le cadre du visa J1 Intern ou Trainee.

Si vous êtes étudiant, vous pouvez partir travailler jaux Etats – Unis pendant l’été en participant au programme Summer Work Travel. La durée maximum est de quatre mois entre les mois de mai et de septembre. Dans ce cas – là, les jobs d’étudiants non qualifiés sont parfaitement autorisés car le but est de parfaire son anglais et de mieux connaître la culture américaine.

Pour ces trois types de séjours, ne vous attendez pas forcément à gagner beaucoup d’argent car pour les programmes Intern et Trainee votre employeur n’est pas obligé de vous rémunérer. En revanche, les jobs d’été sont quasiment toujours rémunérés mais au salaire minimum fixé par chaque Etat, c’est – à – dire autour de 7 ou 8 dollars de l’heure. Ce sont des emplois à plein temps et attendez – vous à travailler au moins 40 heures par semaine.

Afin d’obtenir le visa correspondant, il faut obligatoirement vous inscrire auprès d’un organisme d’échange appelé « program sponsor » et agréé par le gouvernement américain. Ces organismes sont des prestataires de services privés non subventionnés par l’Etat fédéral et ils sont malheureusement tous payants. Il faut prévoir plusieurs centaines d’euros pour un stage de trois mois par exemple et plusieurs milliers d’euros pour un stage de 18 mois (avec éventuellement les frais d’un service de placement en entreprise). Mais ces frais incluent toujours une assurance santé obligatoire. Attention, même si vous avez trouvé votre employeur vous-même et que vous partez moins de trois mois, vous n’êtes pas autorisés à faire un stage ou un job aux Etats – Unis sous couvert de l’exemption de visa et simplement en remplissant le formulaire ESTA.

Toutes les informations concernant les programmes d’échanges du visa J1 se trouvent sur le site www.j1visa.state.gov (site gouvernemental). Votre centre EducationUS vous donnera aussi quelques infos notamment une liste d’agences locales qui travaillent avec des organismes d’échanges américains.

Pour trouver un employeur, il ne faut pas hésiter à envoyer des candidatures spontanées en expliquant bien le système du visa J1, car les employeurs ne sont pas tous au courant du système. Cela leur permet de ne pas faire de démarches longues et onéreuses auprès des services d’immigration pour vous faire obtenir un visa de travail. Plus d’informations sur www.studyrama.com/international/stages-a-I-etranger/un-stage-aux -états-unis-1160375

IV. CONSEILS POUR LA REDACTION D’UN CV

Un CV américain (resume) s’organise de façon très différente d’un CV à la française, à la camerounaise et autres pays francophones. Voici quelques habitudes à perdre.

  • Pour éviter toute discrimination, certaines informations personnelles ne doivent pas figurer sur votre CV : âge, nationalité, situation familiale.
  • Pour les mêmes raisons, ne pas mettre de photo.
  • Il n’est pas nécessaire d’indiquer si vous avez votre permis.
  • Commencez par les expériences les plus récentes. Si vous êtes encore étudiant(e) ou si vous venez de terminer vos études, commencez par la partie « Education ».
  • Ne pas traduire l’intitulé de votre diplôme. Laissez – le en français et expliquez à quoi il correspond dans le système américain. Exemple : pour la licence : 3 years undergraduate degree.
  • Il n’est pas nécessaire d’indiquer que vous avez votre baccalauréat.

Le CV américain doit donc inclure les informations suivantes :

  • Nom, prénom, adresse, téléphone, e – mail
  • Vos expériences professionnelles en utilisant ides verbes d’action pour décrire les tâches que vous avez accomplies.
  • Vos diplômes et formations (il n’est pas nécessaire de trop développer mais il faut quand même indiquer la durée du programme et la spécialité).
  • Les langues que vous parlez. Ne mettez pas « bilingual » ou « fluent » même si vous avez eu 100 au TOEFL. Préférez les adjectifs comme « intermediate » ou « advanced » par exemple.
  • Vos aptitudes particulières en relation avec le poste auquel vous postulez. Si vous savez utiliser des outils informatiques ou autres que peu de gens savent maîtriser. Par exemple, il est inutile d’indiquer que vous savez utiliser Word.
  • Vos engagements associatifs si vous en avez.
  • Vos centres d’intérêts : n’indiquez que les activités que vous pratiquez régulièrement et qui sont en relation avec le poste auquel vous postulez ou qui pourrait vous mettre en valeur.
  • Référence ou recommandations d’anciens employeurs par exemple.

Un bon CV américain doit être court (une page, deux pages grand maximum), clair, direct et concis.

V. LES PROGRAMMES AU PAIR

Ces programmes permettent à des étudiants ou jeunes diplômes (plutôt des jeunes filles) d’être hébergés par une famille d’accueil américaine pendant un an tout en s’occupant de leurs enfants. Le but est de mieux connaître la culture américaine et d’approfondir son anglais, car la famille doit vous payer des cours dans l’établissement le plus proche. En revanche, les programmes au pair ne permettent pas de faire un programme académique complet. Les conditions de participation sont les suivantes :

  • Avoir 18 ans révolus et 26 ans maximum ;
  • Posséder le permis de conduire ;
  • Avoir de l’expérience et de très bonnes références concernant les enfants ;
  • Etre titulaire du baccalauréat ou son équivalent (ou encore avoir le niveau du baccalauréat) ;
  • Avoir un bon niveau d’anglais ;
  • Avoir un casier judiciaire vierge ;
  • S’engager à rester 12 mois aux Etats – Unis (possibilité de rester 6, 9 ou 12 mois supplémentaires) ;
  • Etre en bon état physique ;
  • Ne jamais avoir participé à un programme en tant qu’au pair aux Etats – Unis.

De la même façon que pour un stage ou un job d’été, les jeunes filles au pair doivent obtenir un visa J1 en passant par un organisme sponsor agréé par le département d’Etat américain. Attention, il existe beaucoup d’arnaques sur Internet. De fausses familles d’accueil recrutent des jeunes filles au pair étrangères en leur demandant de payer une agence qui en fait n’existe pas. Les coûts pour participer à ce programme ne sont pas aussi importants que les stages ou les jobs car c’est la famille d’accueil qui prend en charge la majorité des frais.

Toutes les informations concernant les programmes d’échanges du visa J1 se trouvent sur le site suivant : www.visa.state.gov (site gouvernemental).

Partager

Laisser un commentaire